Pages

lundi 21 mars 2011

Plongée dans l’univers des diplômés chômeurs

  • Les futurs recrutés attendent leur affectation dès ce lundi
  • Une organisation quasi militaire
  • Jusqu’à 15 dans un appartement
Les diplômés chômeurs ont les yeux rivés sur la Primature. Ils doivent être convoqués ce lundi pour l’intégration dans la fonction publique de plus de 4.000 d’entre eux. Ils sont titulaires d’un doctorat, d’un DESA ou d’un master spécialisé. Depuis l’annonce de la nouvelle et l’adoption d’un amendement qui impose le recrutement dans l’Administration sans concours, c’est l’apaisement.
Donc depuis le 1er mars, les marches incessantes sur le boulevard Mohammed V à Rabat ont cessé. Les diplômés chômeurs avaient monté une Coordination nationale des groupes des cadres supérieurs en chômage. C’est cette instance qui a mené les négociations avec une cellule comprenant un gouverneur de la wilaya de Rabat et deux conseillers du Premier ministre (Abdeslam Bakari et Chiba Maâ Al Aïnine). L’accord obtenu prévoit l’intégration au sein de divers ministères de 2.884 diplômés de la promotion de 2009 et avant. Les 1.420 restants passeront par une formation dans le ministère de l’Education nationale, avant d’intégrer leurs postes en septembre prochain. Ils seront cadres supérieurs, classés à l’échelle 11.

jeudi 3 mars 2011

Social Diplômés chômeurs : des postes débloqués







Contre toute attente, une réunion tenue à Rabat le 1er mars entre les diplômés chômeurs, le gouvernement et les autorités locales a abouti à la création de 4 304 postes.
Le chiffre 4 304 marque désormais un tournant dans le dossier des diplômés sans emploi, puisqu’il correspond au nombre de postes qui leur ont été réservés. La nouvelle a été annoncée le 1er mars, suite à la rencontre au siège de la wilaya de Rabat, entre la Coordination des diplômés chômeurs et des représentants du gouvernement et des autorités locales.

samedi 26 février 2011

Des recrutements prévus à partir du mois de mars : L’Exécutif et le patronat boostent l’emploi

 
Chose promise, chose due. Le gouvernement tient ses promesses. Depuis plus d’une semaine, il a accéléré le rythme des réformes qu’il a déjà entamées dans divers secteurs d’activités. Et comme il l’a affirmé dans un communiqué rendu public jeudi dernier, «ces chantiers doivent être accélérés en signe d’interaction constructive avec les préoccupations des citoyens, en vue d’impulser les réformes structurelles, comme recommandé dans le discours Royal prononcé lors de l’installation du CES».

Le Conseil de gouvernement adopte un projet de décret dans le cadre des efforts visant l'intégration des titulaires de diplômes supérieurs


Rabat, 24/02/11- Le conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a adopté un projet de décret définissant, à titre exceptionnel et transitoire, les modalités de recrutement dans certains cadres et grades, et ce dans le cadre des efforts visant l'intégration des titulaires de diplômes supérieurs.
Le projet de décret, présenté par le ministre délégué chargé de la modernisation des secteurs publics, autorise, à titre exceptionnel et transitoire jusqu'au 31 décembre 2011, les administrations publiques et les collectivités locales à recruter, sans concours, les titulaires de diplômes supérieurs dans les cadres et grades correspondant à l'indice de l'échelle 11 conformément aux dispositions réglementaires en vigueur.

Diplômés sans emploi Le gouvernement cherche des raccourcis


Une réunion est prévue le 1er mars à la wilaya de Rabat, entre les représentants du Premier ministre et ceux des diplômés sans emploi. Anticipant ce rendez-vous, le gouvernement fait des annonces.
Le dossier des diplômés sans emploi s’achemine vers une solution.

Diplômés sans emploi Le gouvernement promet d’embaucher



Le gouvernement tente de résoudre le dossier épineux des diplômés sans emploi. Des réunions ont eu lieu, des listes ont été remises et dans deux semaines un autre rendez-vous aura lieu pour en faire le point.
Le gouvernement a promis d’accorder 1.800 postes d’emploi aux diplômés chômeurs, soit 10% des 18.000 postes prévus par la loi de finances 2011.

vendredi 25 février 2011

Adoption d'un décret pour le recrutement des diplômés chômeurs

Le dossier des diplômés chômeurs est sur la voie d'être résolu comme promis par l'Exécutif il y a quelques semaines. Un décret permettant aux administrations publiques et aux collectivités locales de recruter directement les titulaires d'un diplôme supérieur sans concours vient d'être adopté, hier, par le Conseil du gouvernement. Ce texte est valable jusqu'en décembre 2011.
 






Il s'agit d'une année exceptionnelle et transitoire pour faire intégrer les diplômés dans la fonction publique (échelle 11). Le recensement des groupes a déjà eu lieu. Les premiers diplômés seront admis à partir de mars prochain. L'idée est de pouvoir régler ce dossier épineux d'une manière progressive. C'est ce qu'a tenu à souligner le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, dans un point de presse à l'issue du Conseil du gouvernement.

Dans une déclaration à la presse, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Mohamed Saâd Alami, a souligné qu'en 2011, le gouvernement a pris la décision de doubler le quota de postes réservés à cette catégorie qui est, en temps normal, de l'ordre de 1100 postes. De nouvelles opportunités seront créées à travers tant les établissements publics que le secteur privé.Sur un autre registre, le Conseil du gouvernement a discuté la situation en Libye en affichant son inquiétude des derniers développements « Le gouvernement exprime son profond regret et grande consternation de la détérioration de la situation dans ce pays frère à cause de l'utilisation excessive de la force à l'encontre des manifestations populaires, alors que le traitement aurait pu être pacifique».

Le gouvernement marocain rejette l'utilisation de toute forme de violence et espère que la Libye pourra dépasser, le plus tôt possible, cette étape critique préserver les intérêts légitimes du peuple libyen et garantir la sécurité et la stabilité de la région. En effet, le Maroc estime que les évènements en Libye ne concernent pas seulement ce pays mais ils portent atteinte à la stabilité de la région et notamment le Sahel et le Sahara qui affrontent plusieurs défis liés aux menaces sécuritaires. Des contacts sont en cours avec l'ambassade du Maroc et les deux consulats pour le transfert des Marocains résidant dans ce pays. Certains d'entre eux sont arrivés en Tunisie et en Egypte. « Selon des informations, le nombre des victimes parmi les ressortissants marocain aurait atteint trois. Nous sommes en train de faire des recherches pour s'en assurer», explique le responsable gouvernemental.
   
 
   
  Par Jihane Gattioui | LE MATIN

jeudi 24 février 2011

Préparation d'un décret relatif au recrutement direct des titulaires d'un diplôme supérieur

Rabat, 24/02/11- Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Saad Alami, a affirmé, jeudi à Rabat, que le gouvernement se penche sur la préparation d'un décret permettant aux administrations publiques et aux collectivités locales de recruter directement les titulaires d'un diplôme supérieur sans concours.
Dans une déclaration à la presse peu avant la réunion du Conseil de gouvernement, M. Alami a expliqué qu'au regard du nombre de décrets et des lois qui ne sont pas encore entrés en vigueur, le gouvernement a jugé judicieux de faire de 2011 une étape transitoire afin que "le recrutement soit mené de manière continue", parallèlement aux efforts visant à consacrer des postes budgétaires suffisants aux lauréats des universités et aux titulaires de diplômes supérieurs.
Au cours des trois dernières années, le gouvernement a dédié quelque 1.100 postes à cette catégorie, a-t-il dit, soulignant que pour cette année, le gouvernement a décidé de doubler ce quota et à créer de nouvelles opportunités à travers les établissements publics et le secteur privé.
Le ministre a relevé que le gouvernement déploie davantage d'efforts pour faire face au phénomène du chômage des titulaires de diplô me supérieurs, expliquant qu'il a été procédé au recensement de cette catégorie, comme il a été convenu de recruter des groupes de ces diplômés à partir du mois de mars prochain.

mercredi 23 février 2011

Contribution photographique de Rabita au numéro de Politique africaine


Politique Africaine

dimanche 20 février 2011

Règlement des modalités d'embauche des diplômés chômeurs

 
 
La Coordination nationale des docteurs en chômage au Maroc a fait état de son adhésion à la décision de régler, à partir du 1er mars prochain, les modalités pratiques liées au recrutement des cadres supérieurs au chômage.
Dans un communiqué parvenu, samedi à la MAP, la Coordination s'est félicitée des efforts du gouvernement, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, visant à "répondre à nos revendications légitimes pour une intégration directe dans la fonction publique et la gestion des différents aspects liés à ce dossier".
La Coordination, qui avait pris part jeudi à une réunion à Rabat avec la commission gouvernementale chargée de ce dossier, a indiqué que la commission a fixé la date du 1er mars pour entamer la phase technique portant sur l'intégration directe des cadres supérieurs au chômage au sein des administrations concernées.
Le communiqué relève que la commission gouvernementale a confirmé l'annulation du décret portant sur le concours obligatoire, précisant que l'intégration sera globale pour tous.
Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, avait déclaré à la presse, jeudi dernier à l'issue du Conseil du gouvernement, que l'exécutif est en train de gérer le dossier des diplômés-chômeurs "avec beaucoup de sérieux et de volonté pour apporter des solutions le plus rapidement possible, dans le cadre de la préservation des équilibres macro-économiques sans lesquels la justice sociale ne peut se construire".

Le gouvernement promet d’accélérer le rythme des réformes sociales


Le Premier ministre Abbas El Fassi a indiqué, mardi 15 février, suite à une rencontre à Rabat avec les partis politiques de l’opposition et de la majorité représentés au Parlement, avoir informé les dirigeants de ces formations que tous les départements ministériels se sont mobilisés pour satisfaire les doléances des diplômés chômeurs en matière d’emploi, notant que l’effort qui sera déployé par le gouvernement dans ce domaine portera sur un nombre qui dépasse ce qui a été réalisé au cours des années 2008, 2009 et 2010. Le Premier ministre a ajouté avoir informé les participants de la tenue d’une réunion élargie pour la prise des mesures nécessaires en vue de l’élargissement de la couverture médicale avant la fin de cette année, et ce en application des Hautes instructions royales. En ce qui concerne le dialogue social avec les centrales syndicales les plus représentatives, M. El Fassi a indiqué avoir insisté sur la détermination du gouvernement à poursuivre ce dialogue dans un climat de confiance et de respect mutuel. Il a ajouté qu’une Commission ministérielle se penche actuellement sur les doléances des centrales syndicales et œuvre inlassablement avant la prochaine réunion avec ces syndicats à apporter des solutions aux points inscrits à l’ordre du jour de cette rencontre. Le Premier ministre a fait, par ailleurs, un exposé sur certaines questions sociales en suspens, soulignant avoir informé les participants de la décision des syndicats représentant les greffiers de suspendre la grève, et que le gouvernement respectera l’accord signé avec eux. Abbas El Fassi a affirmé que le gouvernement a décidé d’injecter 15 milliards DH supplémentaires à la Caisse de compensation. Cette enveloppe budgétaire s’ajoutera, ainsi, aux 17 milliards DH prévus par la loi de Finances 2011. «Les nouveaux fonds ont été injectés à la Caisse suite à la hausse des prix de certains produits de première nécessité sur le marché international», a noté M. El Fassi. Et d’ajouter que cette démarche vise à «palier toute autre hausse ou atteinte au pouvoir d’achat du citoyen».

samedi 19 février 2011

Le Premier ministre tient une réunion avec les partis de la majorité et de l'opposition

Rabat - Le Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a tenu lundi à Rabat, une réunion avec les dirigeants des partis de la majorité et de l'opposition consacrée à l'examen de plusieurs questions portant sur la question de l'intégrité territoriale, la préparation des projets des lois électorales et sur les secteurs de l'emploi et de la santé et le Dialogue social.
Dans une déclaration à la MAP au sujet de cette réunion, M. Abbas El Fassi, a indiqué que les chefs des partis politiques ont réaffirmé lors de cette rencontre leur disposition et leur mobilisation à entreprendre des actions au niveau national et international pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume et faire face aux manÂœuvres ourdies par les ennemis du Maroc.

Le gouvernement décide d'injecter 15 Milliards de DH supplémentaires à la caisse de compensation (M. El Fassi)

Rabat- Le gouvernement a décidé d'injecter 15 milliards de DH supplémentaires à la caisse de compensation qui s'ajoutent aux 17 milliards de DH prévus par la loi de finances 2011, a annoncé mardi le Premier ministre, M. Abbas El Fassi.
Les nouveaux fonds ont été injectés à la caisse suite à la hausse des prix de certains produits de première nécessité sur le marché international et visent à palier toute autre hausse ou atteinte au pouvoir d'achat du citoyen, a précisé M. El Fassi dans une déclaration à la MAP, au sujet de sa réunion lundi à Rabat avec les chefs des partis politiques de la majorité et de l'opposition.
Il a indiqué avoir informé les dirigeants de ces partis que tous les départements se sont mobilisés pour satisfaire les doléances des diplô més chô meurs en matière d'emploi, notant que l'effort qui sera déployé par le gouvernement dans ce domaine portera sur un nombre qui dépasse ce qui a été réalisé au cours des années 2008, 2009 et 2010.

Les groupes nationaux des cadres supérieurs au chômage ont exprimé, lundi, leur «refus catégorique de toute exploitation politique» de leurs revendications sociales.

Les groupes nationaux des cadres supérieurs au chômage ont exprimé, lundi, leur «refus catégorique de toute exploitation politique» de leurs revendications sociales. Ces groupes ont réaffirmé le caractère purement social de leurs revendications, à savoir l’intégration globale et directe dans la fonction publique. Ils se sont félicités de la formule annoncée, lors de la réunion du 10 février avec le gouvernement, en vue du règlement du dossier des cadres supérieurs au chômage, en fixant la date du 1er mars pour entamer la phase technique portant sur l’intégration directe de ces cadres au sein des administrations sans concours et selon la procédure en vigueur.

mardi 15 février 2011

Diplômés-chômeurs Une solution annoncée pour le 1er mars


  • Un compromis a été signé avec le gouvernement
  • Une liste de postes budgétaires en cours de préparation

Serait-ce la fin d’un long feuilleton pétri de revendications, de promesses et de coups de matraques? Les diplômés-chômeurs qui défilent depuis des années devant le Parlement à Rabat l’espèrent.
Pas plus tard que jeudi 10 février, leurs représentants ont signé un accord avec la commission tripartite dans laquelle siège notamment Adesslam El Bekari, conseiller à la primature. Leur réunion s’est tenue au siège de la wilaya de Rabat-Salé. Et à laquelle a participé un représentant du ministère de la Modernisation des secteurs publics et le gouverneur, Mohamed Regraga. D’ici le 1er mars, le gouvernement devrait «annoncer une solution définitive» à ce dossier. L’accord en fait a repoussé le délai initial du 10 février pour «une intégration globale et directe» au sein de la fonction publique. C’est du moins les termes repris dans un communiqué conjoint de 8 groupes de diplômés-chômeurs: Union national, Chouâla, Al Ghad, Al Mostqbal, Nidal, Assomoud, Arrabita et Alîzza.

mardi 30 novembre 2010

Le Groupe Rabita des cadres supérieurs au chômage à la manifestation nationale de dénonciation des propos partiales du parlement européen et des affirmations médiatiques mensongères de certaines organes de la presse espagnole au sujet des récents événements de Laâyoune,

lundi 29 novembre 2010

Participation du Groupe Rabita des cadres supérieurs au chômage à la manifestation populaire qui a été organisée à Casablanca hier pour dénoncer les propos anti-Maroc du parti politique populaire espagnol et pour désapprouver également la décision partiale du parlement européen au sujet des récentes événements de Laâyoune.

vendredi 26 novembre 2010

L’Equation de l’Etat de droit 
Par Abdellah AHOUACH

D’après la philosophie du contrat social, un Etat de droit n’est digne d’être considéré comme tel que s’il est en mesure de garantir à chacun la possibilité d’accès à ses droits tels qu’ils sont définis et reconnus par la constitution du pays. A défaut, il risque de perdre son caractère démocratique et de se transformer en une simple autorité entre les mains d’une minorité qui la manie à fin d’imposer leur manière de voir et de contraindre la majorité à accepter de subir dans le silence les conséquences néfastes de l’absence du droit.

Le fléau du chômage rongeant de façon chronique les sociétés du tiers-monde en raison de son aptitude à dévaloriser l’individu et le contraindre ainsi à advenir un élément nuisible pour l’espace social ne serait ce que par sa tendance à succomber au fatalisme et à se montrer résigné face à l’injustice sociale subite, n’est qu’un indice, parmi d’autres, de cette déliquescence ahurissante dans les fonctions légitimes de l’Etat. Dans un tel contexte, ce dernier a complètement faillit à son devoir d’assurer  les conditions socio-économiques favorables à l’émergence d’une société juste et solidaire où font prime les notions de citoyenneté et des droits de l’homme tel quels sont ratifiés universellement.

dimanche 21 novembre 2010

Témoignage des cadres supérieurs au chômage au sujet des raisons derrière leur adhésion au mouvement de protestation des enchômagés du Maroc,

samedi 20 novembre 2010

Appel au soutien : venez nombreux
"Tous ensemble
 contre des poursuites judiciaires suspectes, et
 face aux arrestations arbitraires intolérables"

Les 9 membres du groupe rabita des cadres supérieurs au chômage qui sont poursuivis par la justice depuis plus d’un an pour des accusations suspectes vont comparaître devant le tribunal de 1er instance de Rabat pour la 5eme fois le 25 Nov. 2010 à partir de 09h00. Les accusés en question sont arrêtés arbitrairement alors qu’ils étaient entrain de protester contre leur situation sociale délabrée  et leurs conditions de vie lamentables à cause du chômage qu’ils subissaient depuis des années. Les membres du groupe sont très conscient que par cette affaire, forgée de toutes pièces, l’Etat ne cherche qu’à réduire au silence la voix des enchômagés par ce qu’elle dévoile la réalité du discours officiel prôné par le gouvernement et démontre que ses propos au sujet de la lutte contre le chômage ne sont que de pures mensonges.

dimanche 14 novembre 2010

Maroc : Taux d’encadrement et Nombre d’emplois publiques crées :
(Données tirées du bilan social au Maroc pour l’année 2009,
réalisé par ODT)

1- Comparaison avec les deux pays du Maghreb : Tunisie et Algérie.

Etat
Population
(M)
Nbre de fonctionnaires
de la fonction publique
Taux d’encadrement
en % de la population active
Nbre d’emploi
crée en 2010
Postes réservées
aux diplômés supérieurs en 2010
Maroc
31.671
765.941
1.47
23300
1265
Tunisie
10.486
460
58
16000
3000
Algérie
35.600
1.500.000



Rq : ici le taux d’encadrement est calculé par rapport à l’ensemble de la population active.

Par comparaison à la Tunisie dont la population est 3 fois moins de celle du Maroc, ce dernier présente un déficit ahurissant en matière de l’emploi public. Malgré sa faible population, la Tunisie embauche davantage de fonctionnaires que le Maroc surtout parmi les titulaires de diplômes supérieurs. En 2010, la Tunisie a procédé à l’insertion de 3000 diplômés supérieurs tandis que le nombre recruté par Maroc est de 1265 seulement.  

Au Maroc, le nombre de fonctionnaires fantômes dans la fonction publique s’élève selon les propos du ministre de la modernisation des secteurs publics à 20.000. Pour en faire face, le gouvernement, selon le même ministre, ne traite que 100 cas par an. Les secteurs les plus touchés par ce fléau sont les suivants :

- l’enseignement avec 2000 fantômes,
- la santé avec 900 fantômes,
- les communes locales avec plus de 3000 fantômes,   

2- Comparaison avec les pays de U.E :

En comparant le taux d’encadrement et le nombre d’emploi publique au Maroc par rapport à ceux de certains pays Européens (tableau ci-dessous), il s’est avéré que le Maroc est loin d’être le pays où le poids de la fonction publique pèse lourd sur le budget comme le prétendent les adeptes de l’économie du marché qui ne cessent d’inciter le pays à  se désengager de son rôle de promotion de l’emploi publique.  

Pays
France
Italie
Allemagne
Suède
Suisse
R.U
Population
(M)
65.0
60.0
82.0
9.1
7.6
61.0
Population en
Activité (M)
25.5
23.3
38.1
4.5
4.4
28.4
Nbr fonctionnaires
(M)
5.2
3.4
4.9
1.1
0.5
2.8
Taux encadrement
(%)
20.4
4.6
12.9
24.8
11.2
9.7
Indicateur réduction
nbr fonctionnaires
+1.1
-4.8
+0.0
-6.5
+0.0
+8.3
Rq : ici le taux d’encadrement est calculé par rapport à l’ensemble de la population en activité.

samedi 6 novembre 2010

lundi 6 septembre 2010

Abderrahim ELMANIAI, adjoint du secrétaire général du groupe Rabita des cadres supérieurs au chômage et membre du secrétariat du groupe national des cadres supérieurs au chômage, interviewé par la chaîne PressTV au sujet du chômage des diplômés de l’enseignement supérieurs au Maroc.

mardi 27 juillet 2010

Manifestation des cadres supérieurs au chômage, devant le lieu-dit "Bad El-had" à Rabat, immédiatement après la fin de la conférence de presse qui a été tenue le 14 juillet 2010 pour annoncer la charte du groupe national des cadres supérieurs au chômage récemment crée :

La charte organisatrice
du groupe national des cadres supérieurs au chômage présents sur Rabat,

Étant une nécessité organisationnelle et un choix stratégique, la coordination intergroupale escompte la défense des principes de la transparence, de la clarté et de l’honnêteté morale quant au traitement du dossier des cadres supérieurs au chômage. Ces derniers, suite à leur conviction de l’importance de l’idée de la coordination sur le plan de dialogue et de communication relatifs aux divers domaines, et de point de vue des formes de lutte consenties, ont suffisamment discuté l’idée. La discussion s’est faite d’abord entre les membres de chaque groupe et, ensuite entre les différents groupes représentés chacun par son secrétaire général et son adjoint. A l’issu de cette série de débat, le bureau de coordination, constitué par les secrétaires généraux et leurs adjoints, lors de sa réunion du 30 Juin au 01 Juillet 2010 s’est mis d’accord sur la charte d’honneur dont les termes sont les suivants :

dimanche 25 juillet 2010

vendredi 23 juillet 2010

Déclaration finale :

Par l’annonce de la charte organisatrice du groupe national des cadres supérieurs au chômage existant d’une façon permanente sur Rabat, les enchômagés ont abouti à mettre leur engagement en faveur d’un emploi digne au sein de la fonction publique sur la bonne voie. Cet emploi leur est garantit par les dispositions des arrêtés ministériels (888/99 ; 695/88 et 1378/08) qui reconnaissent le droit de tous les cadres supérieurs en une insertion directe et immédiate au sein du secteur de la fonction publique.


Par cette initiative, le secrétariat du groupe national des cadres supérieurs au chômage, ayant adopté et signé cette charte d’honneur le 14 juillet 2010, a exprimé à la fois combien sa prise de conscience à l’égard de sa cause légitime est si profonde et bien élaborée, et combien les cadres au chômage sont déterminés à tenir à leur droit de combattre en vue d’obtenir leur droit en un travail digne et de sauvegarder leur droit en une vie loyale.


De ce fait, les cadres supérieurs au chômage affirment avec fermeté qu’ils sont déterminés à poursuivre leur lutte de façon persévérée sur les rues de Rabat jusqu’à ce que le gouvernement réponde à leurs revendications. Avec le même élan, ils tiennent à désapprouver le recours de l’état à la répression et à dénoncer la tactique gouvernementale visant à traîner leur dossier et à prolonger la durée de son traitement, au lieu de se focaliser à trouver une solution définitive de façon immédiate au problème du chômage des cadres supérieurs.


A cet effet, le groupe national des cadres supérieurs au chômage invite tous les acteurs de la société (instance nationale pour le soutien des luttes et revendications des cadres supérieurs au chômage, organisations pour la défense des droits de l’hommes, la presse, les syndicats et autres acteurs de la société civile) à déployer leurs efforts afin de prêter le soutien nécessaire à sa lutte et ses revendications et, à rendre justice à ses membres par le fait de transmettre leur souffrance et leurs revendications aux représentants du gouvernement.


Ainsi, nous annonçons, dans le cadre du groupe national des cadres supérieurs au chômage, à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :

jeudi 22 juillet 2010

Conclusion du 2ème rapport arabe sur l’emploi et le chômage :


Dans le monde arabe, les pays où le problème du chômage des diplômés de l’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) s’est accentué sont par ordre d’importance :

- Maroc avec 26.8 %

- Algérie avec 19.3 %

- Jordanie avec 17.7 %

En Egypte, le rapport a signalé que la majorité de ceux qui sont touchés par le chômage appartiennent à une tranche d’âge de 15 – 29 ans.


A partir des chiffres cités ci-dessus, le rapport reconnu que les politiques et programmes relatifs à l’enseignement dans les pays rabes sont loin d’être en mesure de répondre aux besoins du marché de l’emploi.

samedi 17 juillet 2010

A Rabat, environ de 1000 cadres supérieurs au chômage étaient venus assister à la conférence de presse, tenue par le secrétariat du groupe national des cadres supérieurs au chômage le 14 Juillet 2010 avec la présence des représentants d'organisations non gouvernementales suivantes :
  • Organisation démocratique du travail (Odt)
  • Instance nationale pour la défense des luttes et revendications des cadres supérieurs au chômage,
  • Instance marocaine des droits de l'Homme (IMDH),
  • Alliance pour la citoyennité et les droits de l'Homme (ACDH),
  • ATTAC Maroc,
  • Association marocaine pour la défense des droits de l'Homme (AMDH),
  • Réseau marocain pour la défense des libertés syndicales,
et, également avec la présence du militant Mr Ahmed OUIHMAN.  

vendredi 16 juillet 2010

À Rabat, le 14 Juillet 2010, une conférence de presse a été organisée, sous le slogan la coordination est une nécessité organisationnelle et un choix stratégique, par le secrétariat du groupe national des cadres supérieurs au chômage pour présenter sa charte organisatrice et expliquer au public les raisons de son apparition et la nature de son objectif. Le groupe national dont il s’agit est une sorte de coordination entre les cinq groupes de cadres supérieurs au chômage qui sont présent en permanence sur Rabat dans un état de protestation continue contre le chômage subit et, de revendication de leur droit légitime en un travail au sein de la fonction publique.


Il est à noté que les groupes ayant adopté cette initiative sont au nombre de cinq parmi les huit groupes existant à Rabat. Les signataires de la charte sont donc les suivants : Al-rabita, Al-moustaqbal, Al-nidal, Attomouh et Al-majd.
Photos de la conférence de presse du groupe national des cadres supérieurs au chômage ayant pris pour slogan "La coordination est une nécessité organisationnelle et un choix stratégique"

mardi 13 juillet 2010

Sit-in des cadres supérieurs au chômage :

dimanche 11 juillet 2010

1ère Partie :
Sur le contexte social aboutissant à l'apparition du mouvement de protestation des diplômés au chômage au Maroc,

vendredi 9 juillet 2010

Reportage sur le fléau du chômage affectant une large population active au Maghreb :

mercredi 7 juillet 2010

2ème Partie :
Marche de protestation commune entre les différents groupes de cadres supérieurs au chômage de Rabat,

1ère Partie :
Marche de protestation commune entre les différents groupes de cadres supérieurs au chômage de Rabat,

L'idée de la coordination inter-groupale mérite toute l'attention :

Environ 1200 cadres supérieurs au chômage ne cessaient de sillonner la ville de Rabat de façon quotidienne pour protester contre un gouvernement qui ne montre toujours pas une réelle volonté politique, indispensable à mettre les ressources humaines du pays et ses richesses au service de son développement au lieu de contraindre les premières au chômage et laisser concentrer les secondes entre les mains d'une minorité d'égoïstes dont l'unique objectif est la dilapidation de l'argent public loin de toute punité.

La détermination des cadres supérieurs au chômage à obtenir leur droit en un emploi digne au sein de la fonction publique est infléchissable. A cet effet, leur prise de conscience au sujet de la mise en place d'une sorte de confédération inter-groupale est suffisamment élaborée et pensée. L'idée d'une telle initiative était l'objectif préféré par la quasi-totalité des cadres supérieurs, mais sa concrétisation n'est devenue sérieuse et incontournable qu'à la lumière du manque de la transparence ayant affectée la procédure de traitement du dossier des cadres supérieurs au chômage, à travers laquelle le gouvernement a préféré recruter des groupes fantômes de cadres supérieurs et exclure de l'insertion en la fonction publique des groupes pourtant présent en permanence sur les rues de Rabat. A cet égard, tous les manifestants jugent efficace l'idée de la coordination entre groupes et souhaitent se transformer en une seule entité représentative de tous les cadres supérieurs au chômage à l'échelle nationale. Cette démarche est nécessaire à rendre plus fort le mouvement de revendication des cadres supérieurs au chômage et, ainsi plus apte à faire basculer le rapport de force au profit des enchômagés.

mardi 6 juillet 2010

2ème Partie :
Sit-in du 09 Juin 2010 devant l'institution législative à Rabat :

1ère Partie :
Sit-in du 09 Juin 2010 devant l'institution législative à Rabat

samedi 3 juillet 2010

Photos témoignant de la violence des forces de la répression qui s'abatte quotidiennement sur des jeunes cadres supérieurs revendiquant leur droit inaliénable d'être traités comme des citoyens à part entiers et dénoncent le recours au favoritisme et au clientélisme qui se nourrissent du problème de la corruption affectant l'administration du pays et qui n'a toujours pas trouvé la volonté politique nécessaire à son éradication.

D’autres photos illustrent la coordination entre les différents groupes composant le mouvement des cadres supérieurs au chômage de Rabat. Il est à signaler que le nombre total des membres de ce mouvement s'est élevé jusqu'à la date d'aujourd'hui à environ de 1300 cadres supérieurs, organisés sous forme de 10 groupes.

mardi 29 juin 2010

Bref message au gouvernement
Par Abdellah AHOUACH

Lors de la manifestation du 23 juin 2010, les cadres supérieurs au chômage du groupe rabita ont pris le Pain pour symbole de leur exclusion sociale et de leurs conditions de vie délabrée. La quête du Pain était pour eux, non pas un ultime objectif entant que tel, mais une façon intelligente qui sert à ridiculiser toute une société qui les a formés pour enfin de compte se retrouver dans la rue humiliés dans une situation de face à face avec l’oppression de la précarité et de la pauvreté, conjuguée avec celle des forces de la répression.


Si l’Etat se dit être incapable de fournir du travail à tous les ressortissants des universités et grandes écoles du pays malgré le besoin accru de tous les établissements en ressources humaines, nous l’invitons à fermer ces établissements d'enseignement et à ne plus continuer à former des gens, qui, finalement vont se retrouver au chômage. Car, à quoi bon de former si former n'aboutit qu'à chômer !!
Photos de la manifestation du 23 juin 2010, connu sous le nom "la marche pour le PAIN"

lundi 28 juin 2010

Le communiqué de la manifestation du groupe Rabita, connu sous le nom « La marche pour le Pain » qui a eu lieu le 23 juin 2010 à Rabat.

vendredi 25 juin 2010

Le Pain pour slogan :


Les cadres supérieurs au chômage du groupe Rabita ont organisé une manifestation ayant pris le Pain pour slogan le 23 juin 2010. Par ce type de manifestation les enchomagés ont voulu faire entendre leur voix au gouvernement et attirer l’attention de tous ceux qui se sentent concerné par le devenir de ce pays et interpeller leur intelligence sur la crédibilité des politiques officielles  investissant de gigantesques sommes d’argent dans l’enseignement pour enfin de compte former des diplômés qui seront obligés soit de quitter le pays et s’exiler ailleurs où la dignité de l’être humain est (grosso modo) préservée ou de supporter la répression des forces de l’ordre devant le siège de l’institution législative du royaume.

 Au gouvernement, leur message est clair et net :

Pourquoi les cadres supérieurs du groupe rabita ont été exclut de l’insertion en la fonction publique en vertu de la loi de finance de l'année en cours 2010 ?

Pourquoi le gouvernement refuse – il de faire prévaloir la notion de citoyenneté, supposant l’égalité de tous devant la loi, au lieu de recourir au clientélisme et aux relations politiques douteuses et familiales quand il s’agit de procéder au traitement du dossier des cadres supérieurs au chômage ?

A l’opinion publique nous adressons ce qui suit :

Sans la défense du droit du cadre supérieur en un travail digne, nous risquerons de laisser convaincre le reste de la population de l’inutilité de l’enseignement, et par ce fait à se résigner d’encourager ses enfants à poursuivre les études. Ainsi, tout projet de société vantant vouloir démocratiser et moderniser le pays à partir d’en haut n’est qu’un leurre. Point de démocratie et de modernité d’une société si son système d’éducation perd sa crédibilité aux yeux du peuple suite à son incapacité de faire intégrer ceux qu’y son former dans la société.

A ce titre, il est indispensable que les organisations non gouvernementales, les parties politiques, les syndicats et les autres acteurs sociaux puissent intégrer la cause du cadre supérieur au chômage au sein de leur agenda de travail.
2ème Partie :

1er Partie :

lundi 21 juin 2010

La lecture de communiqué relatif au sujet de poursuite judiciaire à l'encontre des 9 membres du groupe rabita des cadres supérieurs au chômage devant le siège du tribunal de première instance de Rabat au Maroc. La traduction écrite du communiqué est insérée ci-dessous.

Communiqué pour l’opinion publique

Pendant qu’il est entrain de mener sa lutte de façon pacifique et civilisationnelle pour pouvoir obtenir son droit au travail et ainsi sauvegarder la dignité de ses membres, le groupe rabita des cadres supérieurs au chômage avait été l’objet d’arrestation de 9 de ses membres le soir du 23 septembre 2009. Les sujets avaient été incarcérés durant deux nuits successives dans des conditions lamentables et inhumaines dans un endroit insalubre et dépourvu de minimum de conditions sanitaires requises. Avant leur libération, les détenus étaient comparus devant le procureur général. A l’issu de cette comparution, la justice a décédé de les poursuivre, en état de liberté provisoire, pour des accusations forgées et fausses. Ainsi, commence une série de procès suspects et douteux. Jusqu’à présent, 4 audiences de procès ont été tenues depuis le 12 novembre 2009 sans prononcer le jugement définitif. La prochaine audience est reportée au 23 septembre 2010.

En conséquence, nous, membres du groupe Rabita des cadres supérieurs au chômage, nous déclarons au public ce qui suit :

- Nous demandons aux responsables concernés d’intervenir pour cesser et stopper cette série de procès simulé et suspect affectant les membres du groupe Rabita, des cadres supérieurs au chômage, et qui manque à la fois de preuves juridiques solides et de justifications objectives.

- Nous refusons fermement la tendance de l’Etat à traiter notre dossier, consistant en la revendication légitime et constitutionnelle du travail au sein de la fonction publique, selon une approche sécuritaire.

- Nous appelons les autorités responsables d’intervenir auprès de la justice pour rendre innocents les accusés de toutes les accusations qui leur sont attribués.

- Nous insistons sur notre droit à l’insertion direct et immédiate au sein de la fonction publique comme c’est indiqué par les deux arrêtés ministériels (888/99 et 695/99) ainsi que sur notre droit à une vie digne et à un travail décent.

                                                                                          Rabat, le 17 Juin 2010
Partie 2

Partie 1 :

Un péril social inévitable si …
Par Abdellah AHOUACH

Au Maroc, des centaines de manifestants de cadres supérieurs au chômage (Docteurs, Ingénieurs, Titulaires de DESA, DESS, et Master) occupaient d’une manière quotidienne depuis les années 90 les rues de la capitale Rabat et plus particulièrement le boulevard Mohamed V devant le siège de l’institution législative. Leur occupation de l’espace publique s’est intensifiée il y a à peu près une dizaine de jours pour contester la façon par laquelle le gouvernement à procéder au traitement de leur dossier après qu’il s’est avéré que des groupes fantômes ont été préférés à ceux qui se mettaient à revendiquer leur droit au travail sur les rues de la capitale depuis longtemps.


Par ce genre de traitement non équitable et non transparent, le gouvernement a démontré combien il n’est plus digne de confiance et que la légitimité de ses engagements est loin d’être vérifiable. Au lieu d’avoir le courage politique nécessaire à respecter ses formulations et de mettre en œuvres ses slogans en matière de l’emploi, brandis en période électorale et prévoyant la création de 1.300.000 nouveaux emplois en cinq ans, nous avons vu comment le gouvernement a su manier son échec par l’adoption d’un double discours. D’un côté, il ne cessait d’affirmer et de rappeler, et à plusieurs occasions, qu’il s’est engagé, sur le plan de l’emploi, à accorder aux cadres supérieurs au chômage l’équivalent de 10 % des postes d’emploi crée lors de chaque nouvelle loi financière. Alors que d’un autre côté, quand il s’agit de concrétiser la promesse de 10% dont il s’agit, le gouvernement a fait preuve comme d’habitude du manque d’une réelle volonté politique à l’égard du dossier de l’insertion des cadres supérieurs au chômage au sein de la fonction publique. Car, comment expliquer que parmi les 24000 postes d’emploi crée pour l’année en cours 2010, seuls 1100 postes environ seront la part des cadres supérieurs au chômage ? Le chiffre en question est loin d’être à la hauteur des propos officiellement tenus, qui avaient envisagé préserver 2400 postes pour les cadres supérieurs au chômage par respect de la promesse de 10% précitée. Il est de même dérisoire par rapport au nombre de cadres supérieurs, adhérents au mouvement protestataire présent sur Rabat, qui s’élève à environ de 2600 cadres partagés sur 11 groupes.